Recherchez

Paris Chéri(es) (Critique)

Le jeudi 12 janvier 2017 à 9 h 37 min | Par | Rubrique : Critique, Spectacles divers, Théâtre musical

Lieu : Théâtre Trévise - 14, rue de Trévise Paris 9e - Métro "Grands Boulevard" ou "Cadet"
Dates : Du 3 au 14 janvier 2017
Horaires : Du mardi au samedi - 20 h 30

paris-cheriesAvec Léovanie Raud, Charlène Duval, Guillaume Beaujolais, Alexis Mériaux, Pascal Neyro, Frivol’Ensemble
Metteur en scène : Christophe Mirambeau

Résumé : Laissez-vous entraîner dans le Paris coquin mythique et éternel !
Tout ce que vous avez toujours voulu qu’on vous chante sur le sexe sans avoir jamais osé le demander.
Une fantaisie-revue où il est si bon d’être polisson et rire à grands éclats, où la séduction, l’amour et le sexe sont la première raison de vivre.
Venez danser le Mambo de Lesbos, cueillir des Ananas, visiter la rue de la Raie, admirer un joli Fusil et penser : c’est bon, en parlant de Ça ! Paris-Chéri(es) vous attend, avec des garçons et des garçonnes, Jésus-la-Caille ou Messaline, des femmes fatales ou de coquines ingénues.
Paris-Chéri(es), du chic, du glamour, du *** avec les 16 virtuoses du Frivol’Ensemble, et un casting chic, glamour.

 

Notre avis : Avec un orchestre du tonnerre de 16 musiciens, cette « fantaisie-revue » selon les termes de son concepteur et metteur en scène Christophe Mirambeau, constitue une parfaite cure de jouvence. Mené par un quintet de choc et de charme, tout un répertoire pour le moins leste se dévoile, à un rythme effréné, en faisant la part belle à l’humour, au glamour et la dérision. Christophe Mirambeau n’a pas son pareil pour dénicher des airs incroyables (le plus ancien, repris par les spectateurs, date de 1904… mais nous vous laissons la surprise de la découverte) et ses interprètes possèdent tous les arguments pour les délivrer au public avec talent et, n’hésitons pas à le dire, conviction. Ainsi Charlène Duval dans son grand numéro des « Ananas » fait-elle ployer la salle de rire. Autant dire que l’on ne s’ennuie pas une seconde durant les presque deux heures de show. Léovanie Raud, Guillaume Beaujolais, Alexis Meriaux ne ménagent pas leurs efforts pour interpréter toutes ces chansons où le double sens, le jeu de mot, la métaphore permettent toutes les délicieuses audaces. Pascal Neyron, en monsieur loyal, n’est pas en reste et la direction de Jean-Yves Aizic donne toute sa vitalité à cette revue idéale. Les Frivolités parisiennes n’ont jamais aussi bien porté leur nom ! Allez vous encanailler, vous ne le regretterez pas.

Partager cet article

  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • MySpace
  • RSS
  • Twitter
Tags : , , , , , ,

Laisser un commentaire